Gabon : lettre à Jean Ping, le mauvais perdant

Article : Gabon : lettre à Jean Ping, le mauvais perdant
4 septembre 2016

Gabon : lettre à Jean Ping, le mauvais perdant

Cher Ping,
Il y a longtemps que j’ai voulu t’écrire
Mais puisque t’étais encore en campagne, je me suis abstenu de te nuire
J’ai pensé qu’il fallait que je t’observe jusqu’au bout
Afin de voir si tu allais bien laisser le Gabon debout
Beaucoup ont vu en toi un futur mauvais perdant
Mais n’ont-ils pas eu raison de te redouter autant ?
Vois-tu cette escalade de violence
A laquelle a largement contribué ton intransigeance ?
Mesures-tu ta responsabilité
Dans ces manifestations survoltées
Qui gagnent progressivement du terrain
Alors que s’est prononcé le peuple souverain
Cher Ping,
Aimes-tu vraiment ce pays merveilleux
Qui à ton papa réserva un accueil chaleureux
Étais-tu vraiment sûr de tes chances
Au point de crier victoire avant l’échéance ?
Tu semblais déterminé à utiliser tous les moyens
Y compris ceux suggérés par un conseiller du président ivoirien
Pris la main dans le sac
Et aussitôt prié de faire son sac
Avant d’insister sur le recomptage des voix
Rappelles-toi que tu le rejetas à haute voix
Lorsqu’en 2011, s’insurgeait Laurent Gbagbo le téméraire
Lâché par tous ses puissants partenaires
Pourquoi faire appel à la Communauté internationale
Quand tout peut se régler par les lois nationales
Qui sont on ne peut plus claires
Même si à tout le monde aujourd’hui, elles ne peuvent plaire

Partagez

Commentaires

Villard
Répondre

ça c'est bien pensé monsieur le poète